CASTELNAU DE GUERS

L'Histoire

Le village de Castelnau de Guers surplombe la vallée de l’Hérault, bordé au sud par la Voie Domitienne, à l’est par le chemin poissonnier. Sur tout le territoire de la commune, la présence humaine est attestée depuis la préhistoire. Les fouilles ont exhumé des découvertes archéologiques nombreuses et diverses, par exemple une tombe étrusque du 6ème siècle avant JC, actuellement exposée dans la salle du conseil municipal.
L’habitat, jusqu’alors disséminé, se regroupa dès le XIème siècle à l’emplacement du village actuel: première mention est faite de  Castrum Novum en 1069.

Les DE GUERS marquent l'histoire 

Rue du ChateauFief des barons DE GUERS dont l’empreinte fut si forte qu’à partir du XIVème siècle, ils lui léguèrent leur nom, le village de Castelnau DE GUERS entra dans l’histoire. Selon la tradition, l’un des barons partit combattre en Terre Sainte au moment des croisades et dès lors, les DE GUERS eurent sur leurs armoiries un croissant versé, signe de victoire contre les infidèles.

La lignée s’éteignit en 1655 à la mort d’Henry DE GUERS qui mourut sans héritier. Sa demi sœur, Laurence de Veyrac, épouse du marquis de Vins hérita de la baronnie de Castelnau. Ses successeurs ne furent pas moins célèbres. Le seigneur de Castelnau qui émigra en 1790, Charles Emmanuel, Marie Magdelon de Vintimille du Luc n’était-il pas un fils naturel de Louis XV. En effet, c'était le fils de Jean Baptiste Félix Hubert qui vivait à la cour et qui épousa en 1739 Pauline Félicité de Mailly Nesle, maîtresse du roi.

Les vestiges du passé

Le village médiéval, blotti aux pieds du château, était protégé par une enceinte dont il reste encore quelques vestiges: la porte Sainte Anne, la porte Minerve, la tour de l’horloge surmontée par une cloche de 1609. Quelques belles maisons, fenêtres à meneau et portes sont à remarquer dans le village.
Château
Le château féodal fut en grande partie détruit en 1792. Il en reste pour vestiges les montants de la porte encadrant le pont-levis, les meurtrières, le corps principal du château avec une magnifique façade crénelée, une porte romane surmontée d’un mâchicoulis, des fenêtres à meneau, la chapelle du château, superbe construction romane qui présente une très belle voûte sur arcs doubleaux plats, l’abside en cul de four, des traces de litre ou bande noire peinte en signe de deuil lors du décès du seigneur ou d’un membre de sa famille.
La terrasse offre au visiteur un splendide point de vue sur la plaine.

L’église Saint Sulpice, construite par les Bénédictins fin XIIIème siècle, est de style gothique méridional. On aperçoit sur le linteau de la porte d’entrée, Saint Sulpice et Saint Antoine qui entourent la Vierge.
Cet édifice, qui a conservé son aspect du XIXème siècle, mérite la visite.
A remarquer deux peintures classées, un Saint Pierre et un Saint Paul, qui sont les vestiges de l’ancien retable.
Dans le fond de l’église, une cuve de fonts baptismaux en forme de coquille est remarquable. Une des particularités de cBeffroi de Castelnau de Guersette église est la forme de son clocher surmonté par des balustres qui remplacent  l’ancienne flèche démolie en 1829.

Chapelle St AntoineAux alentours, l'ermitage de Saint Antoine ancien ermitage très prisé autrefois par de respectables cénobites ou de pieux anachorètes désireux de préserver une retraite ascétique, qui fut lieu de pèlerinage et de processions, offre un point de vue imprenable.
Son plus célèbre occupant demeure Louis DESCHAN, flamand, qui vint y trouver refuge et se retirer du monde de 1701 à 1748 après avoir tué son adversaire au cours d’un duel.

Saint Nicolas de Talpuciac, situé en bordure du chemin poissonnier est un habitat d'époque gallo romaine.
Saint Antoine et Saint Nicolas se trouvent  sur le sentier  balisé de Saint Antoine qui permet de découvrir une superbe garrigue et des paysages magnifiques.

A voir : exposé dans la salle du conseil municipal, une copie d’un sarcophage en marbre blanc du VIème siècle, découvert au domaine de PIQUETALEN ainsi que diverses pièces découvertes sur le territoire de la commune.

Bienvenue